Accueil > Bébé au quotidien > En attendant la naissance de bébé

En attendant la naissance de bébé

lundi 28 janvier 2013, par Marie-Sophie

La chambre du nouveau-né
La maman n’attend pas que l’enfant soit arrivé pour préparer le milieu dans lequel il vivra. Il n’est pas indifférent, en effet, que dès les premières heures de sa vie le bébé soit préservé de tout contact malpropre ou malfaisant : la poussière avec tous ses éléments nocifs est un ennemi pour sa peau délicate, pour ses bronches fragiles, pour ses poumons vigoureusement dilatés par les cris. L’air froid, l’humidité lui sont préjudiciables.

La lumière solaire est nécessaire à son épanouissement. Si l"on ne peut toujours choisir la pièce où naîtra l’enfant et où il grandira, au moins faut-il faire ce qui est possible pour la mettre dans les meilleures conditions hygièniques. On n’éhsitera pas à apporter dans l’aménagement de la pièce et même de la maison les modifications nécessaires pour donner au bébé le confort indispensable à sa sécurité.

La chambre de l’enfant, qui est généralement celle des parents, autant que possible bien exposée, bien ventilée, sera toujours meublée du strict nécessaire, tenue dans un parfait état de propreté et maintenue jour et nuit entre 16 et 18°. Le chauffage au bois est le plus recommandable pour cette chambre.

Le berceau
Qu’il s’agisse d’un moïse ou d’un petit lit ajouré, la couchette, toute blanche, occupera dans la chambre la meilleure place près du lit maternel, à distance des fenêtres et des portes pour que le bébé soit préservé des vents coulis, et face au jour pour qu’il n’ait pas à chercher la lumière. Cette couchette sera garnie de matelas formés d’une matière végétale (varech, balles d’avoine), fréquemment renouvelée et séchant facilement. On pourra préserver ces matelas par une toile cirée blanche et souple placée sous le drap. Des draps de toile, une chaude couverture de laine, un oreiller de crin et un édredon compléteront la literie du berceau. Les rideaux en tissus lavable léger et transparents, n’auront qu’un rôle décoratif, s’ils existent.

La layette
La layette est l’ensemble du linge et des vêtements à l’usage du petit enfant. On la prépare en attendant sa venue et on la dispose dans un petit meuble destiné à cet effet. Elle doit être suffisante pour que le bébé soit entièrement changé chaque jour et pour faire face aux accidents possibles dans la journée.

Pour composer et exécuter une layette, on s’inspirera des principes suivants :
1 - Le linge des bébés est soumis à de fréquents lavages ; on choisira donc des tissus facilement lavables et assez résisants : batiste, nansouck, percale etc. Les couches se font, le plus souvent, en toile de lin usage : vieilles serviettes ou vieux draps dans lesquels on découpe des morceaux de 0,80 m x 0,80 m environ.

2 - Les vêtements ont pour but de conserver la chaleur du corps ; ils ne doivent exercer aucune compression pouvant nuire à la circulation et entraver la liberté des mouvements ; on les fera en tissus moelleux et souples, de forme ample, sans complication de garnitures.
Composition de la layette
La layette de la première année se fait en deux tailles :
1ère taille : de 1 à 4 mois ; 2ème taille : de 4 à 12 mois.

Dans chaque taille, on compte généralement

  • 4 ceintures de flanelle.
  • 6 chemises
  • 6 brassières de flanelle
  • 6 brassières de piqué ou de finette
  • 3 vêtements de laine (veste et culotte)
  • 3 tabliers-robes 12 carrés éponge
  • 12 couches-culottes
  • 3 corselets
  • 3 langes
  • 6 paires de caussons
  • 6 paires de bas
  • 3 bonnets.

La première layette contient au moins 36 couches que l’on remplace au fur et à mesure de leur usure jusqu’à ce que le bébé soit devenu propre.
Les bavoirs, au nombre de 18, font partie de la première layette et servent jusuq’à usure. On aura soin aussi de prévoir deux vêtements chauds : pelisses pou passe-couloirs.

La seconde layette comporte plus de variété dans le vêtement de dessus. Un patron général, très simple, peut servir pour tous les sous-vêtements, chemises, brassières, de même que pour les robes et les petites vestes, à condition d’en modifier les dimensions selon l’âge et la force du bébé.

Avec le corselet-maillot, le lange de laine ne sert qu’à draper provisoirement le bébé pour le sortir de son berceau, de son bain pour le préserver de refroidissement au cours d’une promenade.

Le lange ne doit jamais immobiliser les jambes de l’enfant.

Conclusion

Principe : Les premiers mois de la vie ont une influence considérable sur le tempérament, le caractère, la sensibilité de l’être humain.
Conséquence : En prévision des responsabilités à venir, toute jeune fille doit acquérir les notions essentielles de puériculture qui la préparent à son rôle de maman.

Principe : La prévoyance maternelle est de la tendresse par anticipation.
Conséquence : La future maman s’occupe avec amour des préparatifs que comporte la naissance de son enfant. Elle ne laisse aucune place à l’imprévu.

Principe : Le milieu dans lequel vit l’enfant influe sur son développement et sur sa santé.
Conséquence : On aménagera la chambre à coucher en vue de l’arrivée de l’enfant et on fera, dans la maison, s’il y a lieu, tous les changements utiles.

Principe : Le bercement, plutôt nuisible à l’enfant, constitue une habitude détestable et doit être proscrit.
Conséquence : La barcelonnette n’a plus sa raison d’être ; on lui préférera le moïse en vannerie ou le petit lit.

Principe : Le linge de l’enfant doit être changé entièrement chaque jour et ses couches renouvelées chaque fois qu’il se mouile.
Conséqence : Les pièces de la layette seront en nombre suffisant pour assurer la bonne tenue de l’enfant.

Principe : Le maillot qui immobilise l’enfant paraît définitivement condamné par les hygiènistes.
Conséquence : La première layette prévoira les corselets et les vêtements de laine. Les langes ne serviront qu’à envelopper momentanément le bébé.