Accueil > Bébé au quotidien > Les pleurs de bébé

Les pleurs de bébé

vendredi 25 janvier 2013, par Marie-Sophie

Pourquoi bébé pleure t-il ?

Bébé essaie de communiquer un besoin ou une gêne. Il peut avoir faim, s’ennuyer, avoir froid ou bien il a simplement besoin d’être tenu. Mais quelquefois, il est difficile de décrypter ce dont il a besoin. Si un bébé pleure ce n’est pas chose anormale, ne pas savoir le calmer immédiatement ne l’est pas non plus.

C’est peut-être parce que votre bébé, comme certains nouveau-nés, préfèrent les petits couffins aux grands berceaux. Peut-être parce qu’ils ont plus l’impression d’être dans un nid "douillet".
En journée, rien n’impose que votre bébé reste au lit. Installez le dans un relax ou un fauteuil pour bébé que vous pouvez emporter dans la maison où vous faites la lessive ou autre chose. Vous serez surpris comme votre bébé dort bien malgré vos activités.

C’est peut-être aussi que votre bébé a peur du noir. Dans ce cas, n’hésitez pas à laisser un éclairage tamisé, ou entrebaîller sa porte de chambre pour laisser entrer la faible lumière de la veilleuse du couloir.

Bébé se sent peut-être seul ? Mettez un CD de musique douce ou la radio. Les bruits de fond, comme la TV à faible volume, peuvent le rassurer.

Si ces pleurs continuent, vous pouvez tenir bébé dans vos bras. Avant 7 ou 8 mois un bébé n’est pas capricieux. Il ne pleure jamais pour rien. Il est donc essentiel de ne pas trop attendre pour répondre à son appel. Aller à la rencontre de ses besoins le plus tôt possible n’en fera pas un enfant gâté. Cela favorisera son développement et l’aidera à se construire l’image d’un monde sûr, stable et satisfaisant, dans lequel il pourra s’épanouir en paix. Il est impossible de lui donner trop d’amour, d’attention et de contact physique.

Faire une liste peut vous aider

La nature a programmé les bébés pour crier sur la tonalité qui vous rend dingue.
Détail de la liste que vous pouvez imprimez
Sur cette liste, mentionner des personnes de bons conseils avec leurs numéros de téléphone.

Faites confiance à votre bon sens
Face aux pleurs des bébés, il n’existe pas toujours de réponse miraculeuse ni de sucès assuré. Il est bon d’avoir en stock une palette d’astuces, de techniques tout en repérant les préférences de son enfant, à sa réceptivité à l’une plutôt qu’à l’autre.

Il est sale : changez-le

Même si la couche vous paraît encore propre, n’hésitez pas à la changer car l’urine est acide et certains bébés y sont sensible.

Il a trop chaud : découvrez-le.

Il a froid : couvrez-le.

Il a transpiré ? Changez-lui ses vêtements

Il a faim : nourrissez-le

Comment savoir s’il a faim ? Posez votre doigt sur sa bouche, s’il cherche à têter c’est qu’il a faim.

Pour les parents qui nourrissent leur bébé au biberon, il est très facile de mesurer la quantité de lait qu’il absorbe. Il suffit d’adapter le dosage à l’âge du nourrisson.

Pour les mamans qui allaitent, l’affaire est plus complexe.
A t-il pris assez de lait à la dernière tétée ?
Pour se rassurer, il est possible de peser bébé avant et après chaque tétée et éventuellement compléter avec un biberon de lait maternisé. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Ce n’est pas encore l’heure ! Le lait n’est peut-être pas assez riche et bébé réclame :
Pourquoi ne pas allaiter bébé à sa demande ?
Une amie m’a fait part de son expérience. Son aîné, allaité à heures fixes, pleurait beaucoup. Son second enfant, qui était nourri à sa demande, était très calme.

Un rôt qui se fait attendre ?
Certaines mamans allongent le bébé sur la table à langer pour changer la couche. Quand elles le relèvent, le rot sort immédiatement.

Il pleure le soir :
le détendre par des caresses, des massages. Mais ce qui reste le plus efficace dans ce cas, c’est le bain, plus efficace le soir que le matin. Il peut se faire en musique, en présence de papa … mais toujours dans le calme et la détente. C’est un moment privilégié qui doit rester un moment de plaisir

Il a peur : le rassurer.
Prendre bébé dans ses bras, le bercer, lui parler doucement reste ce qu’il y a de plus efficace.

Il a mal : les premiers gestes pour le soigner.
Tout dépend du symptôme mais si cela vous paraît grave, appelez votre médecin.

Dans tous les cas, les parents donnent aussi des soins pour soulager la douleur :
Un front brûlant ? prendre la température de l’enfant. S’il a aux environs de 38°, il faut le découvrir et attendre 15 minutes avant de reprendre sa température. Si la fièvre persiste, donnez-lui un suppositoire de paracétamol (adapté à son âge bien entendu). Vous pouvez aussi le mettre dans un bain à la même température ou à 1 ou 2 dixièmes de moins que sa température et le surveiller. Chez les tout-petits, la fièvre peut très vite évoluer.
Un nez bouché ? Versez deux gouttes de sérum dans chaque narine, puis aspirez leur contenu avec un mouche-bébé.
Une gencive douloureuse ? Chaque maman a sa solution : anneau de dentition, petite cuillère, doigt dans la bouche.
Proscrire certains gestes !

Quand bébé crie, la tension monte chez les parents. Il est essentiel d’être vigilent pour éviter certains mouvements d’impatience qui peuvent s’avérer très très dangereux.

Ne jamais secouer le bébé car les séquelles peuvent être très graves

Ne jetez pas bébé d’énervement … même sur un lit ou un canapé

Ne le tapez pas au visage ou sur la tête (ou même à un autre endroit de son corps)

Le Syndrome du Bébé Secoué (SBS) entraîne des blessures neurologiques graves : des lésions au cerveau de l’enfant. L’action de secouer violemment la tête de l’enfant vers l’avant et vers l’arrière et parfois de la cogner avec force contre quelque chose entraîne des lésions au cerveau. Comme la tête du bébé est grosse et lourde par rapport au reste de son corps, et que son cou est encore faible, cette secousse crée des forces importantes à l’intérieur de la tête. Secouer un enfant de manière violente et répétée écrase le cerveau contre la boîte crânienne, ce qui cause le saignement de vaisseaux sanguins déchirés, des lésions importantes aux tissus et une enflure du cerveau pouvant causer la mort.
Faites une pause, confiez votre bébé à une tierce personne, le temps de décompresser.