Accueil > Alimentation de bébé > Les grands principes de l’Alimentation du bébé

Les grands principes de l’Alimentation du bébé

lundi 28 janvier 2013, par Marie-Sophie

I - Hygiène alimentaire du bébé
Appareil digestif du bébé
Pour comprendre l’alimentation du premier âge, il faut se rendre compte de ce qu’est l’appreil digestif du nourrisson.

Une bouche sans dents ; d’où pas de mastication possible avant la sortie des premières molaires.
Des glandes salivaires qui ne sécrètent activement que plusieurs semaines après la naissance : d’où impossibilité de digérer les féculents, et par conséquent, danger des bouillies prématurées.

Un estomac de petite capacité qui grandit rapidement : 3 cuillerées de lait le remplissent au début mais sa contenance a doublé à la fin du premier mois, triplé à la fin du troisième, d’où une nécessité d’une progression dans le volume des tétées.

Un foie relativement développé : le bébé digère parfaitement la crème du lait qui est sa principale source de chaleur ; il ne faut pas écrémer le lait qu’on lui donne.

Un pancréas qui ne se développe que vers la fin de la première année ; ce n’est donc que dans sa deuxième année que l’enfant peut être progressivement entraîné vers une alimentation variée.

Un intestin fragile dont le bon fonctionnement est essentiel pour la santé générale et le développement du bébé ; toute faute d’alimentation, tout refroidissement du ventre, peut provoquer chez l’enfant un dérangement intestinal grave, parfois mortel.

Alimentation raisonnée
Au début de sa vie, l’enfant (sauf cas spéciaux) ne doit absorber que du lait, parce qu’il ne peut digéer que du lait. Lorsque la sécrétion salivaire devient suffisamment abondante, c’est-à-dire apès le sixième mois, il est utile de faire entrer dans son alimentation, en petites quantités, des farines de racines : tapioca, arrow-rot, etc ou des farines de céréales : froment, orge, avoine ...

Lorsque le pancréas fonctionne, c’est-à-dire à la fin de la première année, les bouillies, les bouillons de légumes suppléent le lait, sans le remplacer.

Progressivement, les jaunes d’oeufs (en très petite quantité : 1/2 jaune au début), les purées de légumes et de fruits, la viande hachée entrent dans les menus d’où l’on a soin de proscrire absolument les viandes grasses, les aliments de digestion difficile, le vin, le café.

Les jus de fruits sont recommandés en petite quantité dès le second mois, en raison de l’efficacité de leurs vitamines sur le travail de la digestion.
Il est sage de n’admettre l’enfant à la table de famille qu’à la fin de sa troisième année. On évite ainsi d’une part des convoitises inutiles et d’autre part des faiblesses regrettables.

II - Alimentation du nourrisson
Allaitement maternel
L’enfant allaité par sa mère a beaucoup plus de chances de vivre et de se bien porter que le bébé allaité artificiellement ou allaité par une remplaçante. Cela tient à diverses raisons dont voici les principales :

La nature a préparé le lait de la mère pour l’enfant : c’est donc contrarier l’oeuvre de la nature que de priver l’enfant de ce lait .......
Dans l’alimentation maternelle, les causes de contamination sont évitées. Lorsque la mère est reconnue saine par le médecin, elle est sûre de donenr à son bébé une alimentation inoffensive puisque le lait passe directement de l’organisme maternel dans la bouche de l’enfant. .....

Enfin, dans l’alimentation maternelle tout danger de fermentation est écarté. .....
A moins de contre-indication médicale précise, toute maman doit allaiter son bébé. Aucune raison de situation ou de convenance personnelle ne devrait prévaloir contre l’intérêt primordial de la conservation de l’enfant, bien précieux entre tous les biens.

Régime du bébé au sein
Le régime d’un enfant doit toujours être établi et contrôlé dans ses résultats par une personne compétente, médecin ou sage-femme. Toutefois, on peut donner quelques règles générales valables ...

A chaque tétée, il est recommandé de mettre l’enfant successivement aux deux seins.
Une tétée demande de 15 à 20 minutes. Si l’enfant s’endort habituellement avant ce temps, il fait preuve de peu d’appétit ; s’il s’obstine à téter plus longtemps, il est à craindre que la production du lait soit insuffisante.
L’intervale entre les tétées doit être, à partir du 4ème jour, de deux heures au moins.

Le nombre de tétées, qui est de 7 ou 8 au début, va diminuant au fur et à mesure qu’augmente la quantité de lait absorbé à chaque tétée. Cette quantité qui n’est que de 20 grammes vers le 4ème jour, dépasse 60 grammes à la fin du premier mois et ne cesse d’augmenter.

A la fin du premier mois, l’enfant absorbe environ 500 grammes de lait par jour, sa consommation augmente environ de 50 grammes par mois jusqu’à la fin du 7ème mois où l’on commence à varier l’alimentation par quelques bouillies très légères : arrow-root, farines maltées et plus tard tapioca ou farines de froment séchées.

La quantité de lait nécessaire à l’enfant est proportionnelle à son poids et à sa taille : en aucun cas elle ne dépasse un litre par 24 heures.

Ces indications, pour ce qui concerne les intervalles, le nombre des tétées et les quantités de lait sont applicables au bébé allaité au biberon dont la ration doit être déterminée avec soin.

Allaitement artificiel
Lorsque, malgré toute sa bonne volonté, la maman ne put doner le sein à son enfant, il faut recourir à l’allaitement artificiel .....

Le problème qui se pose quand il s’agit de l’allaitement artificiel comporte plusieurs points : trouver du lait pur et frais

Conserver ce lait à l’abri de toute contamination

Le couper de manière à l’adapter à l’âge et à la force de l’enfant.

Stérilisation du lait
Dans les villes, il est impossible de se procurer du lait présentant les garanties suffisantes pour qu’on puisse le donner à l’enfant sans lui faire subir une stérilisation préalable. Cette opération consise en une ébullition prolongée en vase clos ou en un chauffage sous pression de vapeur d’eau dans un appareil

La stérilisation, en débarrassant le lait des germes dangereux qu’il peut contenir, le prive aussi des éléments vivants qui favorisent la nutrition.

Pasteurisation
Les inconvénients de la stérilisation sont en partie évités par la pasteurisation qui consiste, à l’aide d’un appreil analogue au précédent, à chauffer le lait jusqu’à 75° pour le refroidir brusquement jusquà 10°. Le lait pasteurisé conserve la valeur alimentaire du lait cru ; il n’est pas stérilisé, mais il est débarrassé de certains germes dangereux, entre autres de celui de la tuberculose.

Coupage du lait
Pour donner au lait de vache destiné à l’enfant une composition qui l’identifie à celui que fournirait le sein de la maman, il faudrait enlever la caséine qu’il contient en excès et régler la quantité de crème selon l’âge de l’enfant. On vend dans le commerce des laits dits "maternisés" qui ont subi industriellement ces opérations. Mais dans la pratique, on se contente de couper d’eau le lait de vache et d’y ajouter un peu de sucre. ....

Biberon et tétine
Le meilleur biberon est un simple flacon dont la forme est prévue pour que le nettoyage du fond et du col puisse se faire intéralement. Le goulot sans arête coupante porte à l’extérieur un renflement annulaire destiné à maintenir la tétine. La stérilisation ou la pasteurisation se faisant dans le biberon même, il y a intérêt à utiliser un verre spécial capable de supporter les variations de température. Tout ce qui sert à préparer la tétée : bocaux de lait, entonnoir, biberons, doit être ébouillanté.

Les précautions d’asepsie sont la sauvegarde de l’enfant au biberon.

III - Dentition
La dentition est une épreuve que l’enfant sain et bien alimenté supporte parfaitement, non, toutefois, sans être troublé dans son sommeil, sa bonne humeur et sa digestion.
Elle s’annonce par un excès de salivation et une irritation des gencives qui porte l’enfant à mordiller tous les objets qu’il saisit.

L’époque de la dentition varie d’un enfant à l’autre. Le plus généralement, les incisives médianes inférieures apparaissent les premières vers le 6ème mois et sont suivies d’assez près par les incisives médianes supérieures ; les incisive latérales se montrent du 10ème au 12ème mois.

A un an l’enfant peut donc avoir 8 dents.
Les premières molaires font leur aparition du 12ème au 14ème mois.
Les canines sortent vers le 16ème mois

A 2 ans, l’enfant a généralement 16 dents.
Le groupe des grosses molaires apparaît généralement à la fin de la 2ème année ou début de la 3ème année.

La première dentition comprend 20 dents, appelées dents de lait, qui seront remplacées vers la 7ème année par la dentition permanente.